Découvrez les attractions de Limbe et ses environs

Plage du Cameroun

Située dans la région du Sud-Ouest à environ 80 km de Douala, la ville portuaire de Limbe fût fondée en 1857 par le missionnaire britannique Alfred Saker sous le nom «Victoria». La ville de Limbé compte environ 100 000 habitants, le climat est agréable, les températures sont constantes et se situent entre 25 et 30° C. La région de Limbé est dotée de belles plages de sable noir dues à l’éruption du Mont Cameroun en l’an 2000. Des vagues incroyables sont au rendez-vous et constituent un paradis pour surfeurs. Vous pouvez non seulement, vous baigner, vous balader, mais aussi vous relaxer sur les différentes plages.

Le jardin botanique de Limbe

Jardin Botanique de Limbe au Cameroun

Situé dans la région du Sud-Ouest, le jardin botanique de Limbé fut créé par les Allemands en 1892 comme centre d’études et d’acclimatation pour certaines espèces de plantes telles que la quinine, le caoutchouc, le café, le cacao et la banane. L’objectif était l’alimentation des populations locales et d’autres colonies allemandes. Il couvre une superficie de 200 ha et est aujourd’hui exclusivement utilisé pour l’éducation, la science et le tourisme.

Galerie de photos

Limbé Wildlife Center

Limbe wildlife Center

Limbe wildlife Centre fut créé en 1993 comme projet de coopération entre le gouvernement camerounais et la Fondation ONG Pandrillus avec pour but d’offrir un toit aux primates. Limbe wildlife Centre abrite aujourd’hui environ 15 espèces de primates, y compris les gorilles, les chimpanzés, les mandrills, plusieurs espèces d’oiseaux, les reptiles et la plupart de ces animaux sont libérés le moment venu dans leur habitat naturel. Limbe wildlife Centre reçoit environ 45 000 visiteurs par an. Les excursions de vacances sont organisées, permettant ainsi le renforcement de la conscience environnementale de la population. Une visite du Limbe wildlife Centre permet de générer des ressources utiles pour la survie et l’amélioration des conditions de vie des animaux.

Galerie de photos

Le Parc National de Korup

Primates du parc national

Situé dans la région du Sud-Ouest, le parc national de Korup fut créé en 1937 comme réserve forestière et déclaré Parc National en 1986. Il s’étend sur une superficie de 126.000 ha dont la partie sud est presque vierge. C’est l’une des forêts tropicales les plus anciennes et les plus riches d’Afrique en termes de diversité florale et faunique. Le parc est à 50 km au nord de la Baie du Biafra et partage 15 km de frontière avec le parc National de Cross River au Nigeria. Unique en son genre grâce à sa diversité, il est considéré comme l’une des plus vieilles forêts tropicales humides du monde. Il a survécu à l’ère glaciaire et ressemble aujourd’hui à un musée de plus de 60 millions d’années.
Végétation
Le parc National de Korup est l’un des vestiges les plus humides et isolés de la forêt Côtière Atlantique. Le parc est généralement considéré comme un refuge du Pléistocène. Une forêt de plaine semi-décidue marquée par la dominance de grandes espèces de césalpiniacées grégaires. Peuplé de nombreux grands arbres qui donnent naissance chaque année à une nouvelle couverture feuillue, le parc National de Korup est dominé par une forêt de plaines à canopée fermée avec une forte diversité d’espèces. Les espèces que l’on retrouve habituellement dans la partie nord du parc National de Korup incluent notamment : l’okoumé (Coelocaryon preussii), le framire (Terminalia ivorensis, le palmier (Elaeis guinensis), l’ilomba (Pycnanthus angolensis), l’Emien (Alstonia boonei), le mapepe (Albizia zygia), l’hévéa africain (Funtumia africana), le Dabena (Piptadeniastrum africanum), et l’Evoula (Vitex grandifolia).
Climat
Korup a un climat pseudo-équatorial avec deux saisons : une saison sèche prononcée de décembre à février avec des précipitations mensuelles moyennes inférieures à 100 mm et une saison des pluies prolongée et intense allant de mai à octobre. Les précipitations annuelles moyennes se situent autour de 5 272 mm. Les pluies les plus fortes se produisent généralement en août (certaines années dépassant 10 000 mm). La température varie tout au long de l’année, la température maximale mensuelle moyenne pendant la saison sèche étant de 31,8° C et pendant la saison des pluies de 30,2 ° C. Les parties nord du parc reçoivent beaucoup moins de précipitations (2500–3000 mm).
Topographie
Les sols de Korup sont généralement à gros grains, sableux, bien drainés et pauvres en éléments nutritifs. Leur caractère acide et leur faible teneur en matière organique en font des sites défavorables à l’agriculture de subsistance et aux plantations de cultures commerciales, expliquant les faibles niveaux de perturbations agricoles dans le parc, qui reste essentiellement une forêt primaire. La majeure partie (82%) du parc se situe entre 120 et 850 m d’altitude. Un réseau dense de cours d’eau draine la région de Korup en trois grands systèmes fluviaux : les rivières Korup et Akpassang, la rivière Ndian et la rivière Bake-Munaya. La plupart des petits cours d’eau à l’intérieur du parc sont secs pendant la saison sèche.
Flore
Les forêts de Korup sont anciennes et riches en paléo-endémies. Ayant survécu à la période sèche du Pléistocène, la végétation est dominée par les arbres Caesalpinioideae, une sous-famille des légumineuses. Il n’y a aucune preuve de perturbation humaine historique majeure et la partie sud du parc est probablement une forêt primaire. Le parc National est très riche et compte plus de 1.100 espèces d’arbres, d’arbustes, d’herbes et de lianes avec des niveaux d’endémisme élevés (30%). De grands arbres émergents, atteignant jusqu’à 50 m de haut, perforent une couche de canopée essentiellement continue mais inégale, composée principalement d’arbres Annonaceae, Euphorbiaceae, Leguminosae, Olacaceae, Scytopetalaceae et Verbenaceae. La couche de sous-étage est assez dense avec à la fois des lianes et de petits arbres (dominés par les espèces de Rubiacées), tandis que la couche herbacée (principalement Acanthaceae, Araceae, Commelinaceae, Graminae, Marantaceae, Rubiaceae et Zingiberaceae) est principalement clairsemée.
Faune
Le parc national de Korup est l’une des forêts les plus riches d’Afrique en termes de diversité faunique. Le parc National compte 161 espèces de mammifères appartenant à 33 familles, dont plusieurs sont menacées de disparition, telles que l’éléphant (Loxodonta africana cyclotis), le chimpanzé (Pan troglodytes), le drill (Mandrillus leucophaeus), le léopard (Panthera pardus leopardus), le buffle et plusieurs espèces d’antilopes. Le parc National est un site d’importance majeure pour la conservation des primates, il abrite le quart de toutes les espèces de primates d’Afrique. On dénombre également 410 espèces d’oiseaux appartenant à 53 familles (une destination populaire pour l’observation des oiseaux), 82 espèces de reptiles, 130 espèces de poissons, 480 espèces de papillons, 3 espèces de crocodiles, 55 espèces des chauves-souris, 55 espèces des serpents, 47 espèces des rongeurs, 89 espèces de grenouilles et crapauds, 15 espèces de lézards, 2 espèces de tortues terrestres et 2 espèces de tortues aquatiques.

Bimbia

Bimbia au Cameroun

Sur les rivages de l’Atlantique non loin de Limbé, se trouve l’ancienne station négrière découverte en 1987, lors des travaux de terrassement du site de l’église dédiée à la mémoire d’Alfred Saker. Le site porte encore des traces de la traite négrière comme les bâtiments dans lesquels les esclaves étaient gardés. Des cadenas, des chaines et bien d’autres ustensiles utilisés par les négriers ont été trouvés sur ce site.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, des milliers d’esclaves furent déportés de l’Afrique pour travailler dans de nouvelles colonies et le site de Bimbia fut l’un des points de départ du Cameroun. Entre 1776 et 1838 environ 2393 personnes, dont 42,3% d’enfants embarquèrent de Bimbia pour la Caroline du Nord (Etats-Unis), le Brésil, la Guyane et la Jamaïque. L’histoire dit qu’environ 2 078 esclaves parvinrent à destination. Sur ce site, on retrouve un canon qui fait face à la mer et qui pointe sur l’île Nicholls. Ce canon avait pour but non seulement d’empêcher les navires non désirés d’accoster, mais aussi de dissuader les esclaves isolés sur l’île de s’échapper.

Autres attractions touristiques

Monument Alfred Saker Limbe

En plus de Limbé et de ses environs, la région du Sud-Ouest regorge de plusieurs autres attractions touristiques importantes telles que Bakingili qui est une merveilleuse station balnéaire ; mais aussi Idenau à la frontière avec le Nigeria, qui est un petit port régional avec de belles plages bordées de pirogues. Nos guides se chargeront de vous faire visiter cette merveilleuse région et bien d’autres sites intéressants.

error: Content is protected !!